Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Coopération: Waterloo soutient "Maman Gégé"
Actions sur le document

Coopération: Waterloo soutient "Maman Gégé"

Gégé Katana Bukuru, alias "Maman Gégé"
Gégé Katana Bukuru, alias "Maman Gégé"

Sur proposition du Conseil de Coopération au Développement de Waterloo, le Conseil communal a récemment attribué une aide de 7000€ à l'ONG congolaise SOFAD, fondée par Gégé Katana Bukuru. Son projet : permettre l'autonomisation de femmes victimes de violences sexuelles, par l'acquisition de terres et d'une vache laitière.

En République Démocratique du Congo, plusieurs groupes armés s'affrontent et les civils en sont souvent les premières victimes. Les femmes paient un lourd tribut à ces conflits : on ne compte plus les violences, notamment sexuelles, qui leur sont infligées. Bon nombre d'entre elles sont ensuite rejetées par leur mari, leur famille et leur communauté.

Survivre, malgré le rejet

C'est dans ce contexte que Gégé Katana Bukuru, alias "Maman Gégé", a créé la SOFAD (Solidarité des Femmes Activistes pour la Défense des droits humains). La priorité de cette ONG est de permettre aux victimes de viols d'assurer leurs survies et celles de leurs enfants. La Commune de Waterloo a décidé de l'aider en subsidiant l'un de ses projets.

La SOFAD voudrait acquérir une vache laitière, ainsi que des terres que ces femmes pourraient consacrer à l'agriculture.  La vente du lait et des récoltes permettrait de leur générer un revenu.

Une population locale impliquée

Le Soroptimist Val Brabant-Waterloo est le répondant de la SOFAD à Waterloo. Ce service-club féminin a rédigé et déposé un dossier de candidature en vue d'obtenir le subside communal annuel dédié à la Coopération au développement. Pour pouvoir être pris en compte, le projet devait répondre à une série de critères. La population locale devait notamment être impliquée et pouvoir continuer les actions entreprises. Il ne s'agissait donc pas de proposer une simple assistance, mais bien d'apporter un progrès structurel à la communauté aidée.