Les grands axes du budget 2018

Les grands axes du budget 2018

La Bourgmestre, Florence Reuter et l’échevin des Finances, Etienne Verdin ont présenté le budget 2018. Ils le qualifient comme « prudent » pour cette fin de législature. Ce budget dégage un boni de 456 405€ alors que les taxes restent inchangées. Plusieurs réalisations sont également à l’ordre du jour de cet exercice 2018.

«  Nous souhaitons poursuivre les projets entamés sans engager la prochaine législature, explique la Bourgmestre. » Et, les dossiers actuellement en cours d’élaboration sont encore nombreux.

Les autorités communales pointent notamment la rénovation et l’extension de l’école de Mont-Saint-Jean. Le gros œuvre sera terminé en septembre. Une nouvelle cuisine est prévue au budget. Progressivement, l’école pourra accueillir près de 250 élèves supplémentaires ! 

La dette communale poursuit sa diminution de 297.000€. Le coût de celle-ci représente 7,27% des dépenses ordinaires.

L’engagement lié à la réfection de deux voiries par an est maintenu. Pour 2017, la rue Sainte-Gertrude est en cours et la rue Noël se termine. En 2018, la seconde phase de la rue de l’Infante et l’aménagement de la rue Bel Air sont prévus.

A noter également que l’aménagement de la chaussée Bara est également budgétisé à hauteur de 500.000€. Un financement qui se fera en partie sur fonds propres et en partie avec des subsides provinciaux. « La Région wallonne n’interviendra donc pas dans ce projet, souligne Etienne Verdin, l’échevin des Finances.  Nous le regrettons. Toutefois, la majorité s’est engagée dans ce dossier. Et nous maintenons nos promesses. » De plus, le réasphaltage de diverses autres artères est budgétisé à hauteur de 150.000€.

A l’extraordinaire toujours,  près de 200.000€ sont prévus pour la zone de police. L’accueil du bureau de police sera notamment complétement revu et l’acquisition d’un nouveau radar est incluse.

Enfin, on ajoutera qu’un schéma de développement  communal et une zone d’enjeu communal sont en cours d’élaboration. «  Il s’agit d’outils urbanistiques jamais mis en place, insiste Florence Reuter.Ils nous permettront une meilleure maîtrise du territoire. Il s’agit de vrais outils pour lutter contre des projets qui causeraient, par exemple, une augmentation des problèmes de mobilité. »

Lire le compte-rendu du conseil communal du 18/12/2017 sur ce point

Publication: janvier 2018