Les points importants de la séance du lundi 26 juin 2017

Conseil communal de Waterloo

Les points importants de la séance du lundi 26 juin 2017

Finances

L'assemblée s'est prononcée sur les comptes annuels de l'exercice 2016, ainsi que sur la première modification budgétaire de 2017.

Les nouvelles sont bonnes, a résumé la bourgmestre (MR). Le fédéral vient de nous rétrocéder 1,3 million de recettes sur le montant de l’IPP (Impôt des Personnes Physiques). Il s'agit, en réalité, d'un rattrapage puisque l’an dernier nous n'avions pas reçu la totalité de la somme qui nous était due. Nous pouvons donc annoncer un important boni et réapprovisionner nos divers fonds de réserves.”

Au service extraordinaire, la modification budgétaire prévoit notamment des frais supplémentaires de 350 000€ pour le remplacement de la toiture de l’église Saint-Joseph, en très mauvais état. “Il s’agit de l’un des seuls patrimoines historiques de Waterloo, a commenté la bourgmestre. Parallèlement, nous budgétons aussi des dépenses pour la crèche “La Sonatine”, un abri à vélos au Chenois ou la nouvelle cuisine de l'école de Mont-Saint-Jean. Au service ordinaire, nous notons une diminution des frais de personnel de l'administration communale, liée notamment à une gestion plus rigoureuse. Les frais de fonctionnement augmentent, mais cette hausse est principalement liée à des dépenses informatiques qui nous sont imposées, par exemple pour faire face à l’entrée en vigueur du CoDT (Code du Développement Territorial).”

Le coût de la location des pavillons provisoires qui abritent les élèves  à Mont-Saint-Jean apparaissent également dans cette modification budgétaire.

“En résumé, a poursuivi la bourgmestre, malgré le budget important consacré à l’agrandissement et la rénovation de l’école de Mont-Saint-Jean, nous parvenons à poursuivre d’autres projets comme la réfection des rues Noël et Sainte-Gertrude, l’asphaltage de diverses artères, l’étude de mobilité pour le site d’Argenteuil, la rénovation du parking de la police, diverses maintenances, l’égouttage de l’avenue des Chasseurs ou encore le remplacement des chaudières de la Maison communale.”

Le groupe MVW a regretté que la présentation des comptes communaux ne soit pas accompagnée de commentaires explicatifs. Il note également que les frais de personnel et de fonctionnement croissent plus rapidement que les recettes de transfert. “De même, poursuit MVW, les dépenses liées au traitement des déchets augmentent plus vite que les recettes. Nous suggérons de rattraper cette différence et de mener un important travail pour limiter les dépenses énergétiques. À terme, tout cela n’est pas tenable. Nous ne pourrons pas compter sur un bonus de l’IPP chaque année.”

La bourgmestre a rappelé que la Commission des Finances, ainsi que le directeur financier de l'administration communale étaient à disposition des conseillers pour les éclairer sur les comptes et budgets. “Quant à l'IPP, il ne s'agit pas d'un bonus, mais bien d'une régularisation, a-t-elle insisté. Cela signifie que nous avons réussi à boucler un budget à l'équilibre en 2016, alors que nous accusions un important retard dans nos recettes. Nous avons pu gérer la situation, sans avoir à compter sur cette somme. Aujourd'hui, nous en sommes récompensés. Quant au coût des déchets, ils sont notamment liés aux aménagements, à la mise en conformité et à l'élargissement des horaires du parc à conteneurs. Nous avons été contraints d'augmenter le prix du sac poubelle pour rester dans la marge acceptée par la Région wallonne, dans le cadre du coût-vérité. Nous avons préféré cette solution à une augmentation de la taxe sur les immondices qui aurait pénalisé tous les ménages, y compris ceux qui font le plus d'efforts pour réduire leurs déchets.”

Pour Écolo, la sensibilisation des habitants devrait passer par davantage d'information à la population. “Il serait bon de leur rappeler régulièrement l'existence de certaines primes, notamment celle relative à l'acquisition des langes lavables qui nous semble peu connue.” Écolo s'étonne également d'une dépense supplémentaire de 20 000€ pour l'achat de plantes et de 32 000€ pour des illuminations de fin d'année.

“Les frais liés au fleurissement ont pourtant nettement diminué, mais il arrive que nous devions remplacer des arbres malades,a signalé la bourgmestre. Ce sont des coûts auxquels nous devons faire face pour préserver une commune verte. Concernant les illuminations, nous ne pouvons plus nous contenter de changer quelques ampoules. Nous devons passer au LED pour bénéficier d'installations plus durables et moins consommatrices.”

Enfin, le conseiller PS s'étonne de la façon positive dont les chiffres sont présentés par la majorité. “Nous réapprovisionnons nos fonds de réserve, ce qui est un motif de satisfaction, reconnait-il, mais nous continuons à puiser dans nos fonds pour équilibrer les budgets successifs, tant à l’ordinaire qu’à l’extraordinaire. Ne serait-il pas plus logique de surveiller nos dépenses ?”

“Quand nous mettons de l'argent de côté, généralement, c'est en prévision de dépenses futures, a répondu la bourgmestre. La somme de nos différents fonds de réserve s'élève tout de même à 6 millions d'euros. Dites-nous quels projets vous jugez inutiles, si vous pensez que nous devrions surveiller nos dépenses. Je comprendrais votre intervention, si nous puisons dans nos réserves pour de l'événementiel, mais ce n'est pas le cas.”

“En début de législature, notre déclaration de politique générale prévoyait d'investir en moyenne 4 millions d'euros par an pour nos projets extraordinaires, a rappelé l'échevin des Finances (MR). La seule exception concerne l’école de Mont-Saint-Jean. Notre deuxième engagement concernait la gestion de la dette. Or, celle-ci est passée de 22 à 19 millions d'euros. Nous respectons ces promesses et sommes prêts à faire face à l'emprunt pour l'école communale.”

“Si vous le dites, pour ma part je ne suis pas convaincu”,a conclu le conseiller socialiste.

La majorité MR a approuvé les comptes 2016 et la première modification budgétaire de 2017. Écolo s'est abstenu sur les comptes et a voté contre la modification budgétaire. MVW et le PS se sont abstenus sur les deux points.

CPAS

Le compte 2016 et la première modification budgétaire 2017 du CPAS ont également été discutés. MVW a noté l'augmentation du nombre de bénéficiaires du Revenu d'Intégration Sociale (RIS) et a demandé des précisions sur l'avenir du financement du Centre. Écolo a salué l'effort de transparence quant au travail et aux rémunérations des membres du Conseil de l'Action sociale et a questionné son président sur le projet lié à l'acquisition d'un bien voisin du CPAS. Enfin, le conseiller socialiste a posé des questions sur certains chiffres qu'il pense erronés.

“Il y a une augmentation incontestable du nombre de RIS,a reconnu le président du CPAS (MR). Elle est liée au nombre de personnes exclues du chômage, mais le coût engendré par ces décisions sont compensées par des aides du fédéral. Notre effort de transparence est lié au fonctionnement du Conseil de l'Action sociale. Cette institution est méconnue, car nous tenons nos réunions à huis clos. Concernant le bien que le CPAS a acquis, nous menons une réflexion pour y développer un projet en lien avec l'accueil des seniors. Enfin, si une difficulté à remplir nos missions se faisait ressentir, il va de soi que l'intervention de la Commune dans le budget du CPAS serait majorée.”

La majorité MR et le groupe MVW ont approuvé ces points. Écolo s'est abstenu. L'élu socialiste a voté non.