Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / La chaussée de Tervuren bientôt encore plus belle
Actions sur le document

La chaussée de Tervuren bientôt encore plus belle

Cet automne, du 14 au 18 octobre, une partie des arbres qui jonchent la chaussée de Tervuren, sur le tronçon entre la drève Richelle et la place de Joli-Bois, seront renouvelés. A terme, une piste cyclable et un nouveau trottoir y seront construits.

Avec le temps, au fil des saisons, les arbres vieillissent et/ou peuvent tomber malades (attaqués par des parasites, affaiblis par de fortes intempéries…). Ils deviennent alors fragiles et risquent de tomber ou de perdre des branches au moindre coup de vent. Dans des espaces fréquentés par le public, ces arbres abîmés en bord de voirie (subissant des agressions permanentes comme leurs branches heurtées par les bus ou les camions, leurs racines piétinées ou malmenées, la pollution…), malades ou très âgés, doivent faire l’objet de coupes de sécurité. Tel est le cas des marronniers le long de la chaussée de Tervuren qui, ces dernières années, ont causé de légers sinistres (voitures et clôtures endommagées par des chutes de branches)… C'est pourquoi, dans le plus grand respect des procédures obligatoires (permis SPW, etc.), les autorités communales ont décidé de réaménager toute la chaussée en procédant à des replantations et à la mise en place d’une piste cyclable et d'un trottoir, entre Joli-Bois et le Ring (Berlaymont).

Une première étape imminente

Tant pour préserver la beauté de la chaussée de Tervuren que pour des questions de budget, les travaux seront effectués en quatre phases, étalées sur plusieurs mois. La première est prévue du 14 au 18 octobre et concernera la coupe des 21 marronniers situés sur la partie sud de ladite chaussée, entre Joli-Bois et la drève Richelle, côté numéros pairs. Cette décision n'a pas été facile ni prise à la légère mais confortée par un plan de gestion des marronniers réalisé en octobre 2014 par un bureau d'étude externe. Ce dernier révélait alors que "peu d'arbres y possédaient un indice sanitaire correspondant à des arbres sains et sans problématique et que 33% d'entre eux – atteints par des champignons, bactéries et autres (Pseudomonas, Enterobacter, Armillaria, etc.) – présentaient un indice inférieur à 0,5". Ce qui signifie une condamnation à mourir dans les cinq ans, avec un risque élevé que certains pathogènes (comme le Pseudomonas syringae) ne contaminent d'autres arbres ; leur alignement favorisant la propagation de cette maladie extrêmement résistante aux antibiotiques. Il est à noter que, dans la foulée, des travaux de régie (canalisation…) seront également réalisés sur ce tronçon. Autre bonne nouvelle : la chaussée de Tervuren ne perdra rien de son cachet ni son allure bucolique car de nouveaux sujets y seront plantés à la prochaine saison hivernale. L'esquisse du réaménagement sera confiée à un bureau d'étude.

 

Capture d’écran 2019 09 30 à 12.06.11