Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Un nouveau départ pour l'école communale de Mont-Saint-Jean
Actions sur le document

Un nouveau départ pour l'école communale de Mont-Saint-Jean

Finis les pavillons provisoires en place depuis plusieurs mois, place à une école totalement rénovée et agrandie. Désormais, 45 professeurs, 522 élèves répartis dans 25 classes de maternelles et de primaires, ont pris leurs quartiers dans l'école de Mont-Saint-Jean. Une nouvelle vie a commencé pour tous !

Les photos de l'inauguration

Samedi 22 juin 2019, 11h : un moment capital dans l'existence de l'école de Mont-Saint-Jean, créée en 1876. Après plus de deux ans de labeur, les travaux de rénovation et construction touchent à leur fin. Au son de la Musique de la Garde Impériale de Waterloo, la bourgmestre, Florence Reuter, entourée du Collège communal ainsi que la direction de l'établissement ont inauguré les bâtiments flambant neufs. Après un discours (disponible en cliquant), la visite de ces nouveaux locaux et le verre de l’amitié, l'après-midi a été tout aussi festive puisque des centaines de parents et enfants ont investi le site afin d'y célébrer la fancy-fair. Un flash-back s'impose pour comprendre l'excitation, palpable ce jour.

Les petites rivières…

À l'image de Rome, la rénovation et l'agrandissement de l'école communale de Mont-Saint-Jean ne se sont pas faits en un jour ! Ceux-ci représentent l'un des plus gros investissements réalisés par la Commune ces dernières années, soit un budget de près de dix millions d'euros dont 60% pris en charge par la Communauté française. Début 2013, la nécessité de rénover l'école de Mont-Saint-Jean est une réalité connue depuis longtemps. Florence Reuter, alors échevine de l'Enseignement, prend le dossier à bras le corps et rencontre divers responsables de la Communauté française afin d'envisager les possibilités de subsides. "À l'époque, ma 'double casquette' (de députée de cette même Communauté et d'échevine à Waterloo) m'a donné un levier supplémentaire pour pouvoir récolter les subsides nécessaires à la rénovation de l'école, impossible à financer en fonds propres", souligne-t-elle. Très vite, il apparaît qu'il faudra non seulement réhabiliter le bâtiment en tenant compte des nouvelles normes énergétiques mais, en plus, l'agrandir afin d'accroître sa capacité d'accueil.

Le chantier, incroyable aventure

Florence Reuter résume : "À la limite, il aurait été plus facile de bâtir une toute nouvelle école, à partir de rien, que de rénover la structure existante, avec toutes les difficultés inhérentes à ce genre d'exercice". La plus importante d'entre elles a sans doute été la prolongation des travaux : "Nous avions rêvé de les achever en septembre passé, puis en janvier… nous voici en juin. Avec le recul, je peux affirmer que ce délai est normal : étant donné l'envergure de la tâche, nous avons choisi de ne pas bâcler le travail, de le peaufiner (en décidant de réhabiliter en plus le bâtiment "Sintra", d'y ajouter une passerelle, de voir loin…), en faisant de la qualité mais aussi de la sécurité nos deux priorités". Brian Grillmaier, échevin de l'Enseignement, de confirmer : "Au jour le jour, tant lors de la démolition que la construction, la sécurité des enfants, des parents, des enseignants, des ouvriers… a été notre préoccupation principale. Il a fallu sans cesse avoir une longueur d'avance, en étudiant toutes les situations imaginables. Rien n'a été laissé au hasard. Jamais."

L'humain au centre

Ces deux années, Nathalie Maes (entrée en fonction en tant qu’institutrice maternelle en 1996 et devenue directrice en 2007), les a vécues ardemment, autant à travers le suivi du chantier qu'à travers la gestion du quotidien, aux côtés des enfants, des enseignants et du personnel, "tous restés exemplaires tout au long du parcours et malgré les embûches", a-t-elle tenu à préciser, sans oublier de les en féliciter et remercier. "Indéniablement, au cours d'une carrière, un réaménagement d’école est une réelle chance – d'autant plus lorsque vous y êtes attachée – mais je vous avoue que suis heureuse de pouvoir enfin y mettre un terme, pour, à nouveau, me consacrer à plein temps à mon métier et, plus encore, à tous ceux qui y travailleront désormais", a expliqué la directrice. La bourgmestre de conclure : "Au-delà de tous les aspects purement techniques et de la difficulté de coordonner tout le monde, ce fût avant tout une aventure humaine au cours de laquelle il a fallu tenir compte à chaque instant du triangle 'enfants-parents-enseignants', de leurs besoins pour les aider à vivre 'normalement' dans des conditions particulières. Ce moment, l'épilogue d'aujourd'hui, nous en avons rêvé, nous y sommes !"

À présent, reste aux enfants, parents et enseignants à écrire la suite de cette belle histoire, entamée il y a 143 petites années…

Les travaux en bref


• Des bâtiments vétustes ont été abattus et remplacés par des constructions passives que sont l'aile B, parallèle à la rue du Ménil, et l'aile C, parallèle à la chaussée de Bruxelles ;
• L'ancienne salle de gymnastique sera réaménagée en réfectoire ;
• Le bâtiment dit "Sintra" a été rénové et qualifié "basse énergie" (isolation de ses façades, installation d'une ventilation mécanique contrôlée à double flux, amélioration de l'étanchéité, nouveaux châssis…) ;
• Deux nouveaux préaux ont été construits et les cours de récréation revues ;
• Les abords de l'établissement ont bénéficié de nouveaux aménagements verts (préservation du sequoia au milieu de la cour, installation de jardinets devant les maternelles, plantation d'arbres fruitiers…) ;
• Bientôt achevé, le "dépose-minute" sera encore plus pratique.

Les étapes-clés de la transformation de l'école


Août 2016 Les bâtiments en préfabriqué accueillant les classes pendant toute la durée du chantier sont installés.
Avril 2017 Les bâtiments vétustes sont abattus par l'équipe desouvriers communaux.
Mai 2017 L'entreprise chargée de la construction des nouveaux locaux prend possession du terrain vierge. Le terrassement débute. Les fondations sont creusées. Un mois après, les murs des deux nouvelles ailes (B et C) montent.
Janvier 2018 La rénovation du bâtiment "Sintra" (aile A) commence. En parallèle, débute la pose des structures en bois des façades et toitures des ailes B et C.
Octobre 2018 La passerelle de liaison entre les nouvelles ailes et le bâtiment "Sintra" est installée.
Novembre 2018 Les premiers élèves de primaire intègrent leurs nouveaux locaux dans le "Sintra". Deux mois plus tard, une partie des maternelles suit le mouvement, dans l'aile B.
Mars 2019 Les dernières classes de maternelles s'installent dans l’aile A.
Aujourd'hui et demain En plus de son projet pédagogique abouti, de sa situation géographique et de son programme d'immersion en néerlandais, l'école de Mont-Saint-Jean pourra très bientôt accueillir 250 enfants supplémentaires, soit 750 au total. La transition se fera en douceur, augmentant d'une nouvelle classe de 25 élèves tous les ans. Non seulement les classes primaires mais aussi les maternelles peuvent bénéficier de l'immersion : une nouvelle filière complètement bilingue (de la première maternelle à la sixième primaire) est créée, conformément à la demande grandissante.